Gracia

Gracia Lacrimarum // Clémentine Vanlerberghe -JUNIOR BALLET-

** Un solo chorégraphique ** Une démarche participative ** Un projet de recherche

 

Extrait de la note d'intention

"L’an dernier, à la télévision, je voyais Céline Dion pleurer, très pudiquement, alors qu’elle évoquait son défunt mari. Depuis que je suis mère, je pleure comme une (Marie) Madeleine ; je suis une femme, et pourtant je me cache pour le faire. Le pouvoir de ces larmes publiques m’intrigue.

J’imagine ce solo comme un rituel de purification par les larmes évoquées, un moyen de revenir à notre humanité première. Ces larmes-là sont celles qui relient l’humain au divin, celles qui nous disent qu’en nous, il y a plus que nous, qu’il y a l’humanité toute entière.

Ce solo autour du don des larmes sera très fortement influencé par les recherches d’Arlie Russel Hochschild sur le travail émotionnel : les sentiments que nous laissons manifester, ou qu’au contraire nous cachons et modelons selon notre environnement social. Sans vouloir prétendre jouer avec les théories des neuroscience sur les neurones miroir, je m’interroge plutôt sur la capacité de nos émotions et de nos intuitions à nous guider au travers des autres : « je est un autre ».

Je suis également très inspirée par la lecture du « Don des Larmes au Moyen-Age » de Piroska Nagy, une recherche sur la manière dont les larmes ont été un instrument de la piété chrétienne au Moyen-Âge, utilisé de diverses manières selon les sexes, les groupes sociaux et les époques.

Cette forme en solo sera accompagnée en parallèle d’ateliers de création auprès de divers publics : faire corps ensemble, créer un groupe notamment grâce à l’empathie, tel que cela peut être le cas lorsque nous sommes spectateurs ensemble d’un événement traumatique ou joyeux. J’aimerais mettre l’accent sur ce que l’on laisse paraître à l’autre de nous, et comment nous pouvons nous répondre « en miroir ».

C’est pour cela que j’aimerais également développer une forme « participative » de ce spectacle, afin qu’à chaque lieu où il sera joué, un groupe soit créé par cet événement particulier autour de ces thématiques que sont le don des larmes, de soi, l’empathie et le travail émotionnel et que cela puisse nourrir le solo à chaque représentation.

Pour la scénographie, je m’inspire notamment du travail de performances et d’installations de l’artiste plasticien Hicham Berrada, qui mêle intimement science et art, en travaillant avec des matériaux chimiques et crée notamment des oeuvres « aquarium », telles que la série « Présages » ou plus récemment « 74 803 jours ».

J’aimerais en effet qu’il y ait sur scène un aquarium « à taille humaine » d’environ 1m60 sur 60 cm, empli d’eau et de sel, et ce, afin de travailler à la fois sur l’immersion et le flottement d’un corps ainsi que la distorsion d’images vidéos projetées à travers cette eau troublée par le sel". Clémentine Vanlerberghe.

Chorégraphie et interprétation / Clémentine Vanlerberghe

 

Inspiré par le travail plastique /

d'Hicham Berrada

 

Etapes de recherche / 2017-2019

 

Avec le soutien / Du département Danse de l'Université Lille 3, du CDCN le Gymnase et du CCN de Roubaix.

 

Production / CATSANDSNAILS

 

 

 

A suivre

 

 

Pour en savoir plus /