Collaboratrices 19-20

///PROJETS///        ///SAISON///        ///LE CORPS DE BALLET///        ///INFOS PRATIQUES///

Hellen Boyko

Originaire de Russie, Hellen Boyko découvre la danse à 16 ans lors de ses études de théâtre. Après l’obtention de son diplôme d’études théâtrale à Moscou, Hellen rejoint la formation supérieure de danseur interprète pendant 4 ans à ArtEZ aux Pays-Bas dont elle sort diplômée en 2018. Elle travaille avec des chorégraphes tels que Nicole Beutler, Caroline Finn, Lina Langner, Michael Kolegov et Anna Abalikhina. Au printemps 2019, elle danse dans l'opéra "Les vêpres siciliennes" de Verdi, mis en scène par David Poutney à l'opéra de Bonn en Allemagne.  
Avec les Nouveaux Ballets : Elle  est interprète dans "Die Verwandlung" (version longue) de Sophie Mayeux.

Simon Caillaud

Après une licence en Arts du spectacle à l'Université Paris 8 et en parallèle d'une pratique physique en aïkido, karaté, tango et escrime artistique, Simon Caillaud se forme à l'école  de théâtre LASSAAD à Bruxelles (pédagogie Jacques Lecoq) dont il sort diplômé en 2016. Après plusieurs expériences en tant que comédien en Vendée dont il est originaire, il collabore avec la Cie Maskantête (Lille)  en tant qu'intervenant artistique, puis joue avec la Manivelle Théâtre dans "En attendant le petit poucet" de Philippe Dorin en 2018-2019. 
Avec les Nouveaux Ballets : Il  est interprète dans "Die Verwandlung" (version courte et version longue) de Sophie Mayeux.

Lyly Chartiez-Mignauw

Après des études de lettres modernes, elle  intègre la 2ème promotion de l'Ecole du Nord dirigée par Stuart Seide dont elle sort diplômée en  2009. Depuis, elle collabore comme comédienne avec des compagnies nordistes telles que : L’interlude T/O («Risk»), Les Fous à Réaction sur «Nous qui aurons encore 25 ans» (2013), "Le métier d'homme" (2018), "Fin de partie" (2020), Le Théâtre de Chambre/Christophe Piret (sur l’événements participatif «Camping Complet» et la pièce «Blue pillow»), la Cie Vaguement compétitif («La Violence des riches» et "Pourquoi les riches"), la Cie La Manivelle et de la Cie Vies à vies/Bruno Lajara ou encore avec l’équipe des clowns du Prato. Elle est également assistante à la mise en scène sur le spectacle «Quichotte» de la Cie L’interlude T/O et assiste le clown Ludor Citric alias Cédric Paga sur le spectacle «Qui sommes je ?» etc. Elle tourne au Japon dans la pièce «Three sisters» d'après Tchekhov mis en scène par Kouhei Narumi et en Chine avec la Cie Théâtre de l’Ordinaire     
Avec les Nouveaux Ballets : Après avoir pris part au projet du Fil à retordre sur le Caudrésis-Catésis (lectures-spectacle, petite forme en caravane etc.), elle assiste à la mise en scène Amélie Poirier sur la pièce "Voilées". 

Son site :   http://simonedecoupe.com   

Simone Découpe

Le parcours de Simone Découpe alias Chloé Ratte a commencé sur les planches, et naturellement elle s'est dirigée vers les arts de la marionnette qui lui permettent de faire se rencontrer le théâtre et les arts plastiques.  Elle a commencé à découper du papier pendant son DMA à l’ESNAM (école de marionnette de Charleville-Mézières -8ème promotion-), où elle se découvre un intérêt tout particulier pour le théâtre d’ombre. Depuis,  elle travaille comme marionnettiste  (Théâtre de la Licorne, Collectif projet D,  Cie Ka etc.) et comme plasticienne spécialisée en  papier découpé. Elle prend part à différents Clea sur l'agglo de St Omer (2018), l'agglo de Montreuil-sur-mer (2019) et Calais (2020).     
Avec les Nouveaux Ballets : Elle a créé la scénographie et a co-mis en scène le spectacle "Fil à fil".  Elle participe au projet Du Fil à retordre sur le Caudrésis-Catésis dans le cadre d'interventions artistiques autour du papier découpé. !

Son site :   http://simonedecoupe.com   

Fabritia d'Intino

Née en Italie, Fabritia D’Intino est une danseuse-chorégraphe basée à Foligno. Après avoir obtenu son diplôme de fin d’études en danse de l’Académie Nationale de Rome en 2008, elle part étudier aux Pays-Bas à l’école supérieure de danse Artez à Arnhem où elle obtient un Bachelor of Arts en 2011. Elle y rencontre entre-autre Clémentine Vanlerberghe. Avec un intérêt particulier pour l’improvisation et la composition instantanée, elle développe son travail chorégraphique à l’occasion de différents contextes internationaux et travaille particulièrement à partir de la pop culture. A travers différentes résidences et collaborations artistiques, elle cherche à investiguer les éléments qui connectent au monde des vidéo-clips, des gogo dancers etc. en créant des ponts entre fiction et réalité. Elle crée et présente ses projets dans différents espaces en Europe, USA et Amérique du Sud. Pendant plusieurs années, elle collabore avec la compagnie Déjà Donné basée à Perugia en Italie qui produit son travail chorégraphique. Depuis 2013, elle fait partie de l’organisation du BIDE basé à Barcelone -Espagne- en tant que collaboratrice artistique. BIDE est une plateforme internationale d’échange qui accueille tous les ans des artistes du monde entier et les soutient dans leurs recherches chorégraphiques. En 2014, elle est sélectionnée pour faire partie du programme européen : Dance Moves Cities (Terni/Riga) en tant que danseuse et chorégraphe. Elle bénéficie ainsi du regard de la chorégraphe Cristina Rizzo et rencontre et collabore avec différents artistes chorégraphiques comme Marten Spangberg (Suède) et Contact Gonzo (Japon). Elle est lauréate avec le solo Wannabee (avec Federico Scettri) du prix InGenerazione de la Fabbrica Europa à Florence (Italie) et du Tu 35 Expanded du Centro per l'Arte Contemporanea Luigi Pecci à Prato (Ialie). Récemment, elle a pris part en tant qu'interprète à la pièce "Excelsior" de  Salvo Lombardo (IT).     
Avec les Nouveaux Ballets : Elle co-crée avec Clémentine Vanlerberghe la pièce "Plubel".

Henri-Emmanuel Doublier

Formé à l’école de la Rue Blanche, il crée des lumières pour le théâtre, travaille à l’IRCAM sur l’idée de la résonance entre musique et lumière avec Philippe Manoury, Gerardt Winckler ou Pierre Boulez où il expérimente avec Millers Pecket un système informatique de contrôle de la lumière par le musicien. En danse il a créé les lumières d’ Eclats Mats et d’Histoire d’Olga de Soto, de Masculin Pluriel de Christian Bourigault, où il est également performer, et a collaboré avec Anne Collod pour les lumières de parades & changes, replay in expansion. Il travaille maintenant principalement dans le champ de la performance, a créé les lumières de Thriller de Diederik Peeters et fait partie depuis 2002 du collectif franco, belge, autrichien SUPERAMAS avec lequel il a créé et tourné Big1, Big2, Big3, Casino, Empire, youdream. Sa démarche artistique actuelle tend à développer une lumière à la fois scénographique et musicale. Travaillant le plus souvent à utiliser des temporalités différentes dans la restitution des scènes, il crée une «écriture partitionnelle de la lumière »    
Avec les Nouveaux Ballets : En collaboration avec Audrey Robin, il crée la lumière du spectacle "Voilées" d'Amélie Poirier. Plus récemment, il crée des objets lumineux et réalise la création lumière du spectacle "DADAAA" d'Amélie Poirier.   

Fabien Gautier

il étudie d'abord les arts appliqués et le théâtre avant de se tourner vers la danse contemporaine.  Il se forme au conservatoire de Montpellier puis au CDC de Toulouse dans le cadre de la formation "Extensions" dont il sort diplômé en 2016. Il y rencontre l'écriture de Daniel Linehan, Jeanne Candel & Lionel Gonzales, Odile Duboc, Nina Vallon etc. En 2016,  il prend part au programme "Prototype" à l'Abbaye de Royaumont et danse dans des courtes pièces de  Sylvain Sicaud,  Zden Svíteková et de la créatrice sonore Anne Lepère. Depuis il travaille avec  Solène Bossu à Paris, la Cie K Danse à Toulouse, Marta Izquierdo Munoz dans "Imago-go"  et prend   part à des actions en milieu rural.        
Avec les Nouveaux Ballets : Il  danse -en alternance- dans "Que ferez-vous de mon profil Facebook quand je serai morte ?" d'Amélie Poirier.   

Carine Gualdaroni

Diplômée en sculpture à l’ENSAAMA Olivier de Serres (Paris) en 2003, elle rencontre le Théâtre du Mouvement en 2008 et continue sa formation à l’ESNAM (École Supérieure Nationale des Arts de la Marionnette, 8ème promotion) dont elle sort diplômée en 2011. Depuis 2011, elle a collaboré en construction avec Pascale Blaison, Les Anges au Plafond pour Les Mains de Camille (2012), elle assiste Claire Heggen – Théâtre du Mouvement dans la création de son solo Ombre Claire (2013). Elle est interprète dans Actéon miniature, mise en scène de Renaud Herbin- TJP de Strasbourg (depuis 2013) , Le Retour de Garance, mise en scène d’Aurélie Morin – Le Théâtre de Nuit (depuis 2014), La Soustraction des particules, mise en scène Olivier Thomas – cie Le Bruit des Nuages, Je te Regarde / Ich Schau Dich An, projet franco-allemand de Jarg Pataki (depuis 2015). Marionnettiste, elle a crée la cie juste après avec Antoine Derlon en 2012 et développe son propre langage, à la croisée du corps, des matières et des figures. Elle nourrit une dramaturgie de l’image et du geste; poursuivant un travail qui croise les savoir-faire et se développe dans l’interdisciplinarité. Elle crée notamment "Mue" en 2016 et "Hybrides" en 2017.         
Avec les Nouveaux Ballets : Elle est assistante à la mise en scène sur le spectacle "DADAAA" d'Amélie Poirier.    

Son site :   http://ciejusteapres.com/

Suzy Gournay

En parallèle d'une pratique théâtrale en conservatoire puis en compagnies, Suzy Gournay est d'abord licenciée en Histoire de l'art avant d'entreprendre des études de droit public et d'obtenir un Master à l'Université de Rouen. Son mémoire de recherche porte sur "les politiques d'insertion professionnelles et sociales". Elle travaille ensuite dans le secteur social avant de revenir dans le milieu de l'art. Elle est d'abord coordinatrice et en charge de la communication dans le domaine de l'enseignement artistique. Elle oeuvre dans ce cadre à l'organisation et à la mise en place de concerts, spectacles de danse et de théâtre au sein du Conservatoire du 14ème arrondissement de Paris. Elle rejoint les Nouveaux Ballets du Nord-Pas de Calais en octobre 2018.        
Avec les Nouveaux Ballets : Elle est en charge de la production et de la diffusion des spectacles de la compagnie et exécute habillement des danses de doigts sur le clavier de son ordinateur. 

Rehin Hollant

Elle étudie d'abord le théâtre  au Conservatoire de Lille avant  de se former comme danseuse-interprète au CNDC d'Angers sous la direction d'Emmanuelle Huynh dont elle sort diplômée en 2013.  Elle y rencontre  les écritures de Trisha Brown, Kô Murobushi, Trajal Harrel, Lia Rodrigues, Julie Nioche etc.  Depuis,  elle danse notamment pour  Danya Hammoud  qui crée pour elle le solo "14 tours" dans le cadre du programme "Danse Windows" du Ballet du Nord : CCN de Roubaix, avec lequel elle tourne également au Liban. Elle participe à  différents projets de territoire avec le CCN de Roubaix, développe sa propre recherche  et prend part à la création de "Crowd" de Gisèle Vienne avec laquelle elle tourne internationalement.      
Avec les Nouveaux Ballets : Après avoir dansé dans la caravane du Fil à retordre sur le Caudrésis-Catésis, elle danse -en alternance- dans "Que ferez-vous de mon profil Facebook quand je serai morte ?" d'Amélie Poirier. 

Mathieu Jedrazak

Il étudie l'alto, la musique électro-acoustique,  le théâtre, la danse classique, contemporaine, la technique Dalcroz, le chant lyrique et baroque etc.  Il est diplômé d'un DNOP  du conservatoire de Valenciennes en qualité de chanteur contre-ténor.  Il met en scène des spectacles et performances avec la Brigitte Nielsen Society (notamment "La Jeune fille et la morve" avec Amélie Poirier) et est résident au Théâtre de L' à Bruxelles. Il collabore artistiquement aussi bien dans le domaine de la danse que dans le théâtre : avec Bruno Pradet, Cyril Viallon, Emmanuel Eggermont,  Matthieu Hocquemiller,  Jérôme Marin, Les Fous à réaction, Bruno Lajara, Antoine Lemaire et plus récemment Camille Mutel. Il chante également dans le cabaret parisien Madame Arthur.     
Avec les Nouveaux Ballets : Il prend régulièrement part à des événements one shot (bal participatif, lecture-concert dans le caudrésis-catésis etc.) et joue -en alternance- dans la forme jeune public "Dadaaa" (version quatuor) d'Amélie Poirier. . 

Jessie-Lou Lamy-Chappuis

Après des études de danse à Poitiers et une formation universitaire à Paris 8, Jessie-Lou Lamy Chappuis intègre la formation pour danseur-interprète Colline à Istres dont elle sort diplômée en 2014. Elle y rencontre notamment l’écriture de Thomas Lebrun, Emmanuel Gat, Fabrice Rammalingom, Georges Apaix et Bui Gnoc Quan. En 2015 et 2016, elle est choisie pour participer en tant que danseuse au programme "Prototype" de l'Abbaye de Royaumont. Depuis, elle travaille notamment avec la Cie Ke Kosa sur la création «Andante» en espace public et avec la chorégraphe rennaise Florence Casanave sur la pièce «Release Party» (Création 2017 au Festival Agitato). Elle  aborde par ailleurs son propre travail de création collective avec la Cie RN7 basée à Strasbourg sur les relations entre musique et danse.
Avec les Nouveaux Ballets : Après avoir dansé dans la caravane du Fil à Retordre sur le caudrésis-catésis, elle est danseuse dans le spectacle "Voilées" d'Amélie Poirier et danse et manipule -en alternance- dans la forme jeune public "DADAAA" (version quatuor) d'Amélie Poirier. 

Céline Lefevre

Elle débute sa formation professionnelle au conservatoire de Lille, en parallèle d'études de lettres modernes. Elle choisit finalement de se consacrer intégralement à la danse et se forme entre autres au Studio Harmonic à Paris, et au CCN de Roubaix, avec Carolyn Carlson. Parallèlement, elle suit des cours de chant, notamment avec Emmanuelle Bunel. Après quelques créations personnelles, Céline rencontre la chorégraphe Nathalie Cornille et devient interprète de sa compagnie sur des spectacles à destination de la petite enfance. Aujourd’hui, elle collabore également avec le chorégraphe Cyril Viallon sur des événements (bal participatif, présence artistique sur différents territoires etc.). Elle porte en tant que chorégraphe et interprète, avec Maxime Vanhove, les créations de la Cie du Cirque Improbable où se mêlent cirque, danse et chant. Depuis 2018, elle collabore au projet de Sylvain Groud qui dirige le CCN de Roubaix  en dansant notamment dans la pièce "L'oubli".  
Avec les Nouveaux Ballets : Elle danse dans "Plubel" de Clémentine Vanlerberghe et Fabritia d'Intino.

Anne Lepère

Anne Lepère travaille à Bruxelles d'abord comme assistante de réalisation pour l’émission Par Ouï-Dire (La Première - RTBF) où elle fait ses premières expériences dans la création sonore avant d’explorer différents styles (field recording, sound art, radio art, essai, radio drama, performance, musique expérimental, … ). Elle continue de travailler aujourd’hui sur ses propres créations où la voix est très souvent un des matériaux plébiscité… comme une nécessité de partir de l’intime avant de s’ouvrir pour questionner un champ en expansion. Ses pièces sonores sont diffusées en Belgique (La Première, Musiq3, Radio Panik, Radio Campus,…), en Europe et au-delà, sur les ondes FM (réseau radia.fm, Nova Rté Lyrics), ou lors d’évènements : Kinokophone (New-York), Süden Radio (Berlin / Radio Papesse), Flagey, Centre Culturel Le Brass (Bruxelles), Grand Prix Nova (Roumanie), Arte Radio, … En 2016, elle participe en tant que «créatrice sonore» à la formation «Prototype 3» dirigée par le chorégraphe Hervé Robbe à l’Abbaye de Royaumont. Elle collabore de plus en plus avec des artistes des arts de la scène comme Marion sage sur la pièce "Grand Tétras" et Estelle Gautier sur "Rapid Eye Movement". Sa dernière création sonore "Autopoïèse" a remporté le Prix Palma Ars Acustica en 2019. 
Avec les Nouveaux Ballets : Elle réalise la création sonore du spectacle "Voilées" d'Amélie Poirier et crée l'adapation musicale du spectacle "Le Madisoning" d'Amelie Poirier produit par la Cie de l'Oiseau-Mouche.

Léo Lequeuche

Léo Lequeuche est né à Lille. Enfant, il part vivre dans le Gard, où il commence le théâtre. A son retour dans le Nord, il rencontre Kévin Lévêque de la compagnie Velum. Interprète au physique atypique, de 2 mètres, il suit de nombreux stages pour explorer différents registres : le jeu masqué, la marionnette, le théâtre burlesque, le mime corporel, la danse et le butô. En 2013 il sort diplômé de l’Ecole Internationale de Théâtre LASSAAD à Bruxelles (pédagogie Lecoq) où il a été formé au jeu masqué, au clown, au mime, au bouffon, à la voix. Il part ensuite une année au Japon, afin de nourrir son travail, et se former au théâtre de rue. Son passage par Fukushima ne le laissera pas indemne et dès son retour il se lance sur la création d’un nouveau spectacle sur le nucléaire, avec un univers masqué, chorégraphique et satyrique. Avec ce spectacle, il prend part à la première promotion du dispositif Création en cours. Il est également interprète pour différentes compagnies de la Région. 
Avec les Nouveaux Ballets : Il est interprète dans "Die Verwandlung" (forme longue) de Sophie Mayeux.

Sophie Loock

C'est à la fac qu'elle s'initie à la mise en scène  avec l'aventure du théâtre universitaire  en parallèle du Conservatoire de Lille et d'un Master en arts de la scène. Elle se forme ensuite en Biélorussie  (programme "Demain le printemps"), à la Comédie de Reims et croise la marionnette et le théâtre d'ombres sur son chemin.  Désirant lier le théâtre et les questions sociales, elle est durant 3 ans comédienne et intervenante théâtre en centre éducatif fermé dans la Marne.  Depuis 2013, elle joue principalement avec des compagnies basées en Champagne, dans la Marne et en Picardie :  Cie Acte 2 / José Mendes,  Elisabeth Montet, Ahmed Serend/Cie Aparté, Angeline Mairesse et avec le groupe Merci, collectif Toulousain.  Elle intervient régulièrement auprès de différents publics. A l'occasion d'un retour dans le Nord  entre 2015 et 2018, elle entame de nouvelles collaborations avec Amélie Poirier (comparse du théâtre universitaire), avant de repartir s'implanter en Bretagne, dans le Finistère où elle y développe un projet de compagnie.
Avec les Nouveaux Ballets : Après avoir pris part au projet du Fil à retordre dans le caudrésis-catésis (petite forme en caravane, lectures-spectacle etc.), elle joue et collabore à la mise en scène sur le spectacle "Citrus Andronicus". Par ailleurs, elle joue et co-met en scène la forme "Fil à fil" et mène une résidence de création en milieu scolaire au printemps 2019 dans le caudrésis. A cette occasion, elle remet en jeu des processus traversés lors d'une résidence à l'IME de Samer en 2017 en partenariat avec la DRAC et l'ARS. 

Marion Louis

Après une licence en arts du spectacle option danse à l’université de Strasbourg, Marion Louis suit un master recherche en Danse et pratiques performatives à l’université de Lille, puis un master professionnel Direction de projets ou établissements culturels, création artistique et développement des territoires à l’université de Dunkerque. Elle se forme auprès de nombreux artistes, tels que Camille Mutel, Magali Mougel, Franck Micheletti, Vidal Bini, et des universitaires : Sabine Cornus, Alice Godfroy, Philippe Guisgand, Marie Glon... Elle a ensuite travaillé pour le Bateau Feu, Scène Nationale de Dunkerque en tant que chargée de médiation et prend part à une mission de service civique avec Les Nouveaux Ballets durant la saison 2018-2019. Elle mène des actions et a poursuivi des recherches universitaires sur la question des publics en situation de handicap. Parallèlement à ses études elle chorégraphie et administre des projets, notamment pour le groupe strasbourgeois pluridisciplinaire Image Dense. Particulièrement intéressée par les questions d’accessibilité au spectacle vivant, elle utilise la partition chorégraphique pour questionner la place de l’interprète dans la création et met en jeu le handicap et la question sociale. Depuis 2019, elle développe une structure artistique : D'encre et de papier basée à Dunkerque.
Avec les Nouveaux Ballets : A l'occasion d'une mission de service civique, elle est chargée de médiation et de coordination sur la résidence d'implantation des Nouveaux Ballets dans le caudrésis-catésis. Durant la saison 2019-2020, elle intervient ponctuellement comme salariée en qualité d'assistante de production sur différents projets de la compagnie. 

Sylvain Manet

Contre-ténor, clarinettiste, performeur, Sylvain Manet est un artiste polyvalent. Il débute la musique avec la clarinette au conservatoire de Compiègne puis au Conservatoire National de Région de Lille où il obtient son diplôme de fin d’étude en 2011. En parallèle à ses études, il fonde le groupe de musique Klezmer Paye ton Schtreimel avec lequel il tourne dans les festivals, bars et rues de France. En 2010 il se tourne plus particulièrement vers le chant et se forme d’abord au Conservatoire de Lille avec Françoise Sémellaz, puis à Saint-Quentin avec Delphine Collot où il obtient son diplôme d’enseignement spécialisé. En septembre 2014, il intègre la maîtrise du Centre de musique baroque de Versailles qui l'amènera à se produire en tant que soliste et choriste avec de nombreux ensembles : le Concert Spirituel, les Talents lyriques, la Rêveuse, Pucinella, la Maîtrise de Radio France... Il intègre ensuite le Conservatoire Nationale Supérieure de Musique et de Danse de Lyon en chant musiques anciennes, où il travaille avec le contre-ténor Robert Expert. Il intervient dans plusieurs ensembles : Les Meslanges, Spirito, Stimmung, et se produit avec l'atelier lyrique de Tourcoing (Didon et Enée 2016), les musiciens du Louvres (dèc 2016), les Voix Animées (saison 2017), ce qui lui donne l'occasion de se produire à l'abbaye du Thoronet, au théâtre des Champs-Élysées, à l'Arsenal de Metz, à la galerie des glaces, à l'opéra et la chapelle du château de Versailles etc. Pour étayer ses recherches entre musique et mouvement, Sylvain Manet se forme en yoga et en danse baroque avec Béatrice Massin ainsi qu'en écriture scénique et chorégraphique lors d’un stage avec la Cie Gisèle Vienne. Il porte aussi son attention sur les arts de la marionnette avec la Compagnie dans l’arbre basée à Lille, et a été performeur et/ou musicien-acteur sur des spectacles/performances en collaboration avec Amélie Poirier et Mathieu Jedrazak. Sylvain Manet fait partie de la prochaine création de « Jungle (opéra Sauvage) » de Stéphane Guignard (Cie Eclat/Bordeaux) sur un livret de Sandrine Roche (création 2019 à l’Opéra de Limoges et à l’Opéra National de Bordeaux). Avec cette même compagnie, il est régulièrement amené à se produire en crèche, au plus près de la petite enfance.  
Avec les Nouveaux Ballets : Il joue -en alternance- dans le spectacle jeune public "DADAAA" (version quatuor) et dans "DADAAA Duo" d'Amélie Poirier.

Mathilde Mouzon

A la suite d’une classe préparatoire littéraire et en parallèle d’une pratique artistique, Mathilde Mouzon étudie la géographie du développement à l’Université Paris 1. C’est dans ce cadre qu’elle réalise un premier court-métrage documentaire «Vamos Frevar !» autour du carnaval de Recife dans lequel elle analyse l’identité musicale et son instrumentalisation politique. Elle s’oriente ensuite vers un Master 2 professionnel de Cinéma Documentaire à l’Université Paris 7. Elle y réalise un second court-métrage documentaire auto-fictif cette fois-ci : «Le silence des rails», avec pour point de départ des non dits familiaux en lien avec l’histoire politique. A l’issue de ses études, elle travaille comme assistante de production pour Kepler 22 productions, puis chez Gédéon Programmes. Au printemps 2016, elle rejoint l’équipe des Lucioles du Doc comme assistante coordination des projets culturels. Avant de rejoindre l’équipe des Nouveaux Ballets du Nord-Pas de Calais comme assistante de production à la rentrée 2017. Entre temps, elle travaille à la radio brestoise Radio Evasion comme journaliste productrice pour laquelle elle réalise des reportages et des portraits sonores des habitant.e.s. Musicienne, elle est membre du Z Fabulous Orchestra - ZFO avec qui elle se produit en France et à l'étranger.
Avec les Nouveaux Ballets : Elle a été assistante de production sur le projet du Fil à retordre sur le caudrésis-catésis durant la saison 2017-2018. A présent, elle travaille à la réalisation d'un web-documentaire dans le cadre de ce même projet, en partenariat avec l'Office de Tourisme de Cambrai en lien avec des musées textiles de ce territoire.

Yves Mwamba

C'est au Congo, à Kisangani qu'il découvre d'abord le hip-hop avant d'étudier les sciences politiques et de se former en danse contemporaine aux côtés de Faustin Linyekula dans le cadre du programme "Ecrire les mondes". Il y rencontre  Boyzie Cekwana, Sylvain Prunenec, Clara Bauer, Andreya Ouamba, Ula Sickle etc. Depuis, il crée ses propres performances qu'il présente en RDC et en France. Il danse  dans "Drums and digging" et "Sur les traces de Dinozord" de Faustin Linyekula qu'il tourne internationalement, "Debout" de Djino Alolo Sabin & Christina Towle (création à la Faïencerie de Creil en 2016). Plus récemment, il participe en tant que danseur au programme "Prototype" de l'Abbaye de Royaumont, danse en espace public avec le Collectif KMK et dans la pièce jeune public "Soleil" de Christina Towle. Il prend part en tant que chorégraphe à la 1ère promotion du programme "Création en cours". Au printemps 2019, Il est lauréat du dispositif FORTE de la Région Ile-de-France et est accompagné dans ce cadre sur sa prochaine création "Voix intérieures" (2020) en partenariat avec les Ateliers Médicis (93).
Avec les Nouveaux Ballets : Il joue dans "DADAAA" (version quatuor) d'Amélie Poirier.

Marta Pereira

Originaire de Porto au Portugal, Marta Pereira étudie d’abord la danse classique avant de se former de manière intensive à la danse contemporaine au Théâtre Universitaire de Porto en parallèle d’étude en scénographie. Elle est diplômée d’une Licence de scénographie au Portugal et dans ce cadre, prend part à un échange ERAMUS d’une année à Paris à l’Ecole Nationale des Arts Décoratifs. Ces différents contacts avec le spectacle vivant, la pousse à rencontrer les arts de la marionnette. En 2014, elle entre à à l’ESNAM de Charleville-Mézières au sein de la 10ème promotion dont elle sort diplômée en 2017. Le spectacle de fin d’étude de cette promotion «Le Cercle de Craie Caucasien» de Brecht mis en scène par Bérangère Vantusso poursuit sa tournée jusqu’en juin 2018. Elle entame ensuite un compagnonnage avec le Tas de Sable – Ches Panses Vertes à Amiens, où elle porte sa recherche sur la relation entre le théâtre, la danse et les arts de la marionnette. La Marionnette l’attache autant au plateau (interprète et manipulatrice) qu’à l’atelier (constructrice - assiste Paulo Duarte, Compagnie MECANIkA et pour les Nouveaux Ballets). Elle est par ailleurs interprète-marionnettiste pour la Cie Pseudonymo et prend part à la création 2019 de Renaud Herbin (TJP / CDN de Strasbourg) : "l'Echo des creux".
Avec les Nouveaux Ballets : Elle joue -en alternance- dans "DADAAA" (version quatuor) d'Amélie Poirier et construit les marionnettes à gaine de ce même spectacle.

Katia Petrowick

Formée au Conservatoire National Supérieur de Danse de Paris, elle est par la suite interprète pour Marilèn Breuker, Stéphanie Chêne, Eric Senen, Dominique Boivin, Dominique Rebaud, Elodie Sicard, le collectif Embody, collabore avec la Cie La Ruse ou encore danse pour Estelle Clareton au Québec. De mai 2010 à juin 2013, elle danse pour Luc Petton dans la pièce Swan pour laquelle elle est nommée Jeune Talent Danse Adami et performe pour la chorégraphe Kataline Patkai dans le duo Rock Identity. En parallèle, elle se forme en clown au Centre National des Arts du Cirque en 2008 et joue  en 2013 dans  La Mort... ça m'interesse pas! mis en scène de Stéphanie Constantin.  En 2015, elle rejoint l'équipe de Gisèle Vienne pour les reprises à l'international d' I Apologize,  Kindertotenlieder et Crowd (création 2017). Depuis mai 2009, elle co-dirige la compagnie L’Embellie Musculaire avec la marionnettiste Ombline de Benque, au sein de laquelle elle présente les créations jeune public CoNg COng coNG, PULL OVER, Jogging et des performances in situ avec Le Vestiaire, laboratoire de recherche autour de la danse et l’art textile..
Avec les Nouveaux Ballets : Elle danse -en alternance- dans "Plubel" de Clémentine Vanlerberghe et Fabritia d'Intino et est intervenue en tant que regard extérieur sur cette même création.

Marie Sinnaeve

De formation initiale classique, Marie Sinnaeve s'est formée au Conservatoire Nationale Supérieur de Musique et de Danse de Paris en section contemporaine. A sa sortie, elle rejoind la compagnie Emio Greco/PC aux Pays-Bas pour les créations Hell et Popopera. Elle danse ensuite chez Luc Petton, pour une reprise et une création chorégraphique, Swan, aux côtés d'oiseaux vivants. En 2014, elle prend part au projet israëlien Stefaniesnothere mêlant danse et arts du cirque aux côtés d'Inès Lorca. Elle rejoint la compagnie L'embellie musculaire en 2012 pour diverses performances avant de collaborer à la création des pièces jeune public Pull Over et Jogging. En parallèle elle participe à différents projets pour Cie&co, la Compagnie du Nouveau Jour, Andy DeGroat, Danaïades, le Groupe Noces etc.
Avec les Nouveaux Ballets : Elle danse -en alternance- dans "Plubel" de Clémentine Vanlerberghe et Fabritia d'Intino.

Pauline Prato

Diplomée en Master 2 en Danse/Pratiques performatives, à l’Université de Lille 3. Pauline Prato est danseuse et termine en parallèle une recherche sur le corps « sublime » en danse gaga (langage du mouvement créé par Ohad Naharin au sein de la Batsheva Dance Company). Précédemment licenciée en Histoire de l’art, son approche de l’oeuvre chorégraphique se fait par le biais d’analyses plastiques, mettant la matière corporelle et l’imaginaire qui s’y attache au centre de ses préoccupations. Prenant appui sur des théoriciens, peintres, historiens d’art, philosophes, tels que Aby Warburg, Georges Didi-Huberman, Francis Bacon, Lucian Freud, ou encore Francis Guitarri et Gilles Deleuze, sa recherche met toujours en lien art visuel, danse somatique et sensation. En 2017, elle rejoint la compagnie Jan Martens pour reprendre le rôle féminin de A Small Guide On How To Treat Your Lifetime Compagnon et créer le solo Pauline. Ce projet porté par le CDCN le Gymnase à Roubaix tourne dans la métropole lilloise dans le cadre des Belles Sorties, ainsi qu'en France et en Suisse. Parallèlement elle rejoint la compagnie l’Architecture de l’Éphémère pour le projet Dans le centre dirigé par Sheyna Queiroz questionnant les conflits dans nos sociétés contemporaines à travers la rencontre des corporéités de deux femmes, l’une française et l’autre brésilienne.
Avec les Nouveaux Ballets : Elle danse -en alternance- dans "Plubel" de Clémentine Vanlerberghe et Fabritia d'Intino.

Justine Pluvinage

Réalisatrice, Justine Pluvinage est diplômée  de l'Ecole Nationale Supérieure de la Photographie d'Arles (2009) et du Fresnoy : Studio National des Arts Contemporains (2015). En 2013, elle reçoit le Grand Prix du Jury au 58ème Salon  de Montrouge. En 2015,  elle est lauréate du Prix Jeune Talent Art Numérique décerné par le 104, la SCAM, et Arte Créative.  "L’intime chez Justine Pluvinage englobe toutes les significations, physique et psychique : le « strictement personnel », le « tenu secret », le corps nu, le contact charnel, le désir pour quelqu’un… Tout devient matière à réflexion documentaire et expérimentation filmique. (…) Avec sa caméra si intrusive et subjective, je dois alors en tant que spectatrice, oublier la position de voyeur dans laquelle elle me met, et accepter l’immersion, le mélange constant du privé et du public, de l’art et de la vie". Alexandrine Dhainaut.
Avec les Nouveaux Ballets : Elle collabore  sur la réalisation des films "Brodeuses" (2015) et "Voilées" (2018) d'Amélie Poirier et réalise régulièrement des captations des spectacles des Nouveaux Ballets. 

Marion Sage

Marion SAGE circule entre la pratique chorégraphique, l'écriture, la recherche et l'enseignement universitaire en danse. Sa thèse de doctorat s'est fondée sur des archives de danseuses et danseurs écarté.e.s par l'histoire de la danse : quelles stratégies politiques rendent invisibles certains corps et certains projets artistiques ? Qu'est-ce qui fait politique en danse par-delà les idéologies politiques ? Sa recherche chorégraphique actuelle se préoccupe du pouvoir de la parole sur le "fond du geste", sur les imaginaires qui colorent les façons de bouger. Marion SAGE, se forme à la pratique chorégraphique (contact-improvisation, stages avec Mark Tompkins, Patricia Kuypers, Vera Montero, Lia Rodrigues etc.) parallèlement à l'écriture d'une thèse de doctorat qu'elle soutient en juin 2017 (sujet de la recherche : "Scènes du politique : des danses modernes d'Allemagne en exil"). Elle est également chargée de cours à l'Université Lille 3 et continue de se former en tant que chorégraphe à l'Abbaye de Royaumont (programme : "Prototype 3" sous la direction d'Hervé Robbe). Elle assiste également d'un point de vue chorégraphique et dramaturgique des artistes comme Danya Hammoud, Thibaud Le Maguer, le chanteur Mohdd, Amélie Poirier etc. et développe une activité de performeuse. Depuis 2016, elle travaille avec l'artiste sonore Anne Lepère sur des récits croisants des mythologies et des recettes racontés sous différentes formes (performances radiophoniques, publications écrites...). Après avoir pris part au dispositif "Pas à pas" (2016-2017) au Vivat d'Armentières, elle est lauréate du programme Happynest du Collectif Superamas (2017-2018). Dans le cadre de sa recherche, elle est à présent accompagnée par le CCN de Roubaix dirigé par Sylvain Groud. Sa prochaine création "Grand tétras" sera présentée au festival LEGS de Charleroi danse au printemps 2020.
Avec les Nouveaux Ballets : Membre du Junior Ballet durant la saison 2018-2019, elle a par ailleurs pris part en tant que regard chorégraphique aux créations "Voilées" d'Amélie Poirier et "Le madisoning" d'Amélie Poirier / production : Cie de l'Oiseau-Mouche.

Philémon Vanorlé

Plasticien, né à Bruxelles et de nationalité belge, Philémon Vanorlé vit à Lille (FR). Son travail artistique donne à voir l’absurdité cocasse et parfois touchante de formes, d’images ou d‘objets vernaculaires glanés ou injectés dans le quotidien. Jeu de mots, détournement, déplacement, irrévérence, caractérisent une production à la fois poétique et critique. Diplômé d’un doctorat en arts plastiques (Paris 1), il travaille sous l’effigie de la Société Volatile. Ses œuvres allient la fausse-bonne-idée et le trait d’esprit, elles tentent de survivre à notre époque dans un costume incongru, opposant à leur inutilité une compensation humoristique. L’artiste se nourrit notamment de la figure décalée du héros absurde, velléitaire, gauche, touchant, dont l’anticonformisme sublime la gravité humaine tout en ébranlant la modernité, à l’image de Ignatius (J.K.Toole), Don Quichote (Cervantes), Bandini (J.Fante), Fitzcarraldo (Herzog), Papageno (Mozart), Bartleby (Melville), Monsieur Hulot (Tati), Gaston Lagaffe etc. Simultanément Philémon poursuit un recensement photographique intitulée Basse-cour. Théâtre d’objets et comique de situation s’y côtoient, faisant flirter la banalité du quotidien avec le fortuit et l’extraordinaire. Plus récemment, il réalise des scénographies de théâtre.
Avec les Nouveaux Ballets : Il créé la scénographie incluant le public du spectacle jeune public "DADAAA" d'Amélie Poirier. Il collabore également en tant que "regard sur les objets et les images" sur le spectacle "Voilées" d'Amélie Poirier.

Son site : http://www.societevolatile.eu